Devis gratuit

L'ASSURANCE VIE plus rentable que le LIVRET A !

Nous comparons pour vous
les meilleures offres :

  •   0€ de frais d'entrée et de sortie
  •   Faites fructifier votre argent en toute sécurité
  •   Une fiscalité avantageuse
  •   Un contrat solide, simple et complet
  •   Deux fonds en euros pour deux stratégies

"Des taux attractifs qui me correspondent"

Apres avoir atteint le plafond de mon livret A, j’ai voulu souscrire à une Assurance Vie. C’est en comparant que j’ai trouvé l’offre avec le taux le plus lucratif.

"Mes placement fructifient efficacement"

Je souhaitais épargner mais je ne savais pas quel placement choisir. J’ai opté pour l’Assurance Vie car c’était simple et rapide.

Parce que tout le monde ne dispose pas de plusieurs centaines de milliers d’euros, des sommes conséquentes qui a elles seules suffisent à dégager des revenus confortables, les Français dans leur majorité cherchent à faire fructifier leur épargne, même les plus modestes.

Et dans ce cas-là, ils sont près des deux tiers à choisir une assurance-vie. On compte aujourd’hui en France plus de 50 millions de contrats ouverts qui représentent une épargne totale colossale : près de 1600 milliards d’euros. 

Une rentabilité supérieure à la moyenne

Le succès et la force de l’assurance vie, c’est son rendement supérieur aux placements réglementés, Livret A ou Livret Développement Durable (LDD). Quand ces derniers plafonnent respectivement à 0,75 % et 1%, l’assurance-vie tourne en moyenne à 2 % pour les contrats placés sur des fonds en euros et 4 % pour les contrats placés en unités de compte (valeurs boursières).

A vous ensuite de choisir entre rendement mesuré mais capital préservé (fonds en euros) ou bien performance du placement mais capital non-garanti (unités de compte). Vous pouvez également opter pour un contrat mixte qui offre un meilleur compromis entre sécurité et risques. 

Un contrat d’une grande souplesse

Quand un particulier souscrit une assurance vie, il n’a pas le choix seulement dans le support de placement.
Il peut choisir la manière dont le contrat arrivera à échéance en fonction de ses objectifs : augmenter ses revenus à la retraite, transmettre un capital ou préparer un projet à long terme. Ainsi, le capital pourra lui être versé en une fois ou en plusieurs fois sous la forme d’une rente viagère. Par ailleurs, le capital peut être bloqué ou non avant l’échéance finale. Tout cela est valable bien sûr du vivant de l’assuré.

En effet, la plupart des contrats d’assurance-vie prévoit la désignation libre d’un bénéficiaire en cas de décès du souscripteur. Il pourra alors percevoir la somme en une fois ou par des versements réguliers. 

Une fiscalité attractive

Bien entendu, la manne financière que représente l’assurance-vie n’a pas échappé à l’Etat qui lui applique une fiscalité. Mais pour inciter les particuliers à privilégier ce type de contrat, placé très souvent dans des obligations, l’imposition est allégée à la fois dans les versements, dans les retraits et dans les successions.

Pendant la phase d’épargne, les revenus (les intérêts) sont exonérés d’impôts. Ce n’est qu’au moment de percevoir le capital (partiellement ou en totalité) que l’assuré doit l’intégrer à son revenu imposable.
Et là encore, ce ne sont que les revenus (et pas le capital) qui sont taxés et de façon très légère : abattement annuel de 4600 € pour une personne seule (9200 € pour un couple) et un prélèvement forfaitaire de 7,5 % au-delà. Ceci est valable si le retrait se fait après la huitième année d’existence du contrat car avant le taux d’imposition est plus élevé et l’abattement annuel n’existe pas.

Enfin, en cas de décès de l’assuré, le bénéficiaire est exonéré de frais de succession sur les sommes transmises : jusqu’à 152 500 € si l’assuré avait moins de 70 ans, jusqu’à 30 500 € s’il avait plus de 70 ans.

Fortuneo

mentions legales